Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PROCES EN SORCELLERIE : L'ERGOT DE SEIGLE ETAIT LE COUPABLE !

    Pendant des siècles, par milliers, des hommes et des femmes ont été torturés, mis à mort, accusés de sorcellerie : on les rendait responsables de cauchemards, d'une mauvaise récolte, de la mort du bétail ou de bébés, de maladies et de toute mort suspecte...Pendant 3 siècles, du XVe au XVIIe siècle, 4O.OOO hommes, femmes, enfants, ont été condamnés à mort pour actes de sorcellerie. Deux cent cinquante personnes en seulement deux ans mourront en Angleterre suite aux poursuites judiciaires d'un seul inquisiteur.

    Ainsi, l'ensemble des pays britanniques connaîtra environ 1800 exécutions, l'Europe du sud 1300, alors que la France et ses voisins condamneront 2725 personnes ... et la Suisse et les pays germaniques 35.000. Il y aura en tout environ 100.000 procès et 50.000 exécutions. Les victimes furent essentiellement des femmes - environ huit "sorcières" pour un "sorcier".

    Après l'impression du livre en 1486 "Le marteau des sorcières" (Malleus Maleficarum), seules les femmes furent accusées de sorcellerie et victimes de procès ignobles.


    En 1976, Linda Caporael écrit un article dans la revue "Science" exposant l'hypothèse selon laquelle la sorcellerie à Salem (1692) serait en réalité dûe à l'ingestion par les victimes de farine de seigle contaminée par l'ergot, un champignon parasite, dont le LSD est un dérivé.

    http://classes.plantpath.wsu.edu/plp150/Caporeal%20Ergotism%20article.pdf

    Une historienne établit une carte d'Europe localisant les villes où lieu les grandes chasses aux sorcières: toutes sont situées dans des régions où l'on cultivait le seigle et non le blé comme céréale de base de l'alimentation.

    http://www.youtube.com/watch?v=LbugrQkLBn8

    LA CRUAUTE DE L'EGLISE

    http://www.theologe.de/inquisition.htm

    FRANCE ETE 1951
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_pain_maudit

    LIENS :

    ETDUE DE CAS : SEXOCIDE DE FEMMES

    Extrait :   http://www.er.uqam.ca/nobel/m214374/etudedecas.htm

    ...protestants et catholiques étaient d'accord sur un dernier point: la femme est dangereuse. La vieille misogynie chrétienne fut réactivée. La femme devait plus que jamais être surveillée, confinée à la maison, sous le pouvoir de l'homme. On surveilla la mode, on condamna les décolletés, qui perturbaient beaucoup ces saints hommes. Il s'agissait de couvrir ces nudités, et non seulement les seins, mais aussi les chevilles, les bras, les cheveux... La tenue de la femme devait être "modeste". Cette répression pris parfois des proportions effarantes. Guy Bechtel raconte: "On verra au XVIIème siècle, en Allemagne, un mari livrer au tribunal sa propre épouse, qu'il avait découverte la nuit, non pas en compagnie d'un galant, mais dans sa maison, simplement échevelée et la chemise de nuit un peu déboutonnée." Certes, il y eut des résistances. Une époque n'est jamais réductible à un seul courant. Mais le courant majoritaire, à partir, grossièrement, de la seconde moitié du seizième, était nettement à l'intégrisme, et à la haine. Les sorcières ne pouvaient sortir indemnes de cette folie religieuse généralisée. Femmes, paysannes, illettrées, proches de la nature, habitantes d'un univers mental où régnaient imaginaire et irrationnel teinté de paganisme, elles étaient les boucs émissaires évidents d'un monde pris d'un délire de pureté.

    http://www.theologe.de/inquisition.htm

    http://www.ecolobabisme.com/pages/Proces_en_sorcellerie_lergot_de_seigle_etait_le_sorcier-4199967.html

    http://classes.plantpath.wsu.edu/plp150/Caporeal%20Ergotism%20article.pdf

    Qu'est-ce que l'ergot de seigle ?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Malleus_Maleficarum

    http://realite-histoire.over-blog.com/article-25922822.html

    actualités,connaissance,sciences,société,politique,humanisme,nation humaine universelle,spiritualité,conscience universelle,informations









    TELECHARGEMENTS :

    >>  http://classes.plantpath.wsu.edu/plp150/Caporeal%20Ergotism%20article.pdf

    >> ERGOTISME.pdf

    >> INTOXICATION ERGOT.pdf

  • DEUX SOEURS QUAKER CREENT UN ABECEDAIRE ANTI-ESCLAVAGE

    Source :

    >> http://www.flickr.com/photos/mississippi-dept-of-archives-and-history/

    >> http://fluctuat.premiere.fr/Societe/News/Un-abecedaire-anti-esclavage-du-XIXe-siecle-3804302

    >> http://www.kuriositas.com/2013/07/the-anti-slavery-alphabet-remarkable.html

    En 1846, époque où l’esclavage existe encore dans certains pays, les sœurs d’obédience quaker Hannah et Mary Townsend publient aux USA un abécédaire destiné aux esclaves afin qu’ils brisent leurs chaînes.

    Les deux femmes voyaient en l'éducation une solution pour que les Noirs changent leur destin et sortent de la servitude. S'il fallait sensibiliser les adultes par rapport à leur terrible situation, la progéniture des esclaves était tout aussi importante : en l'éduquant, il était possible de casser ce cercle vicieux qu'est l'esclavage, leur faire prendre conscience de leur état qui n'est pas normal. Avant le début de la guerre de Sécession entre le Nord et les Confédérés, l'esclavage était déjà une question sensible au sein de la société américaine.

    anti-slavery-alphabet-primer-1846-front-cover_w525.jpg

    7852129066_bc0fb25cca_b.jpg

    A.jpg

    A est un abolitionniste
    Un homme qui veut libérer
    L'esclave misérable - et de donner à tous
    Une liberté égale.

    B est un frère avec une peau
    De teinte un peu plus foncée,
    Mais aux yeux de notre Père céleste,
    Il est aussi cher que vous.

    C.jpg
    C est le champ de coton, dans laquel
    Est entraîné Ce frère blessé,
    Lorsque, comme l'esclave de l'homme blanc, il peine
    Du matin tôt jusqu'au soir.

    D est le maître, froid et sévère,
    Qui suit, fouet à la main,
    Pour punir ceux qui osent se reposer,
    Ou désobéissent aux ordres.

    E.jpg
    E est l'aigle, planant haut,
    Un emblème de la liberté,
    Mais alors que nous enchaînons notre frère l'homme,
    Notre nature, elle ne peut pas l'être.

    F est le cœur malade du fugitif,
    L'esclave qui fuit,
    Et voyage à travers la nuit morne,
    Mais se cache le jour.

    H.jpg
    G est le Gong, dont le bruit de roulement,
    Avant que la lumière du matin,
    Appelle le petit esclave de couchage,
    Au travail jusqu'à la nuit.

    H est le chien à son maître formé,
    Et appelé à l'odeur de la piste
    De la malheureuse fugitive,
    Et lui ramener tremblante.

    I.jpg

    I est l'Enfant, des bras,
    De sa mère aimée déchiré,
    Et, lors d'une vente aux enchères publiques, vendu
    Avec les chevaux, les vaches et le maïs.

    J est la prison, où sur le plancher
    Cette mère malheureuse gisait,
    Jusqu'à ce que son cruel maître vint,
    Et l'emporta.

    K.jpg
    K est le ravisseur, qui a volé
    Ce petit enfant à sa mère -
    Hurlant, il s'accrochait autour d'elle, mais
    Il les a arraché l'un à l'autre.

    L est L'homme au fouet, qui brutalement
    Retourna sa tête,
    Menaçant que "s'il pleurait encore,
    Il le fouetterait jusqu'à ce que mort s'en suive".

    M.jpg

    M est le marchand du nord,
    Qui achète des esclaves pour produire -
    Donc, ils sont volés, fouettés et travaillent,
    Pour lui, et pour notre usage.

    N est le Negro, marchant libre
    Dans sa maison lointaine,
    Enchanté "Neath les palmiers" ombre
    Et noix de coco et se déplacer.

    O.jpg
    O est l'arbre Orange, qui a fleuri
    A côté de la porte de sa cabane,
    Quand les hommes blancs lui ont volé sa maison
    Pour ne plus jamais la revoir.

    P est le Parent, affligé,
    Et pleurant tout seul -
    L'enfant sur qui il aimait s'appuyer,
    Son fils unique, est parti !

    Q.jpg
    Q est le quartier, où l'esclave
    De grossière nourriture est alimenté,
    Et où, avec peine et douleur usés,
    Il cherche son grabat.

    R est le "riz-marais, humide et solitaire"
    Lorsque, fatigué, jour après jour,
    Il travaille jusqu'à ce que la fièvre
    Sa force et sa vie partent.

    S.jpg
    S est le sucre, que l'esclave
    fait difficilement en peinant,
    À mettre dans votre tarte et votre thé,
    Votre bonbon, et votre gâteau.

    T est rang du plan de tabac,
    Élevé par des esclaves aussi:
    Une chose toxique et mauvaise,
    Pour messieurs à mâcher.

    U.jpg
    U est pour le Haut-Canada,
    Lorsque le pauvre esclave a trouvé à
    Se reposer après toutes ses pérégrinations,
    Car il est sur le sol britannique !

    V est le navire, où dans la sombre
    Malodorante et étouffante attente,
    Des centaines d'Africains sont emballés,
    Apporté au-delà les mers, et vendus.

    W.jpg
    W est le pilori,
    Pour que l'esclave est lié,
    Alors que sur son dos nu, le fouet
    Donne plus d'une plaie saignante.

    X est pour Xerxès, célèbre jadis;
    Un guerrier poupe était-il
    Il a combattu avec des épées et laisser la vérité et l'amour
    nos seules armes qui soient.

    Y.jpg
    Y est pour la jeunesse - le temps pour tous
    Courageusement à la guerre contre le péché;
    Et pense pas qu'il puisse jamais être
    Trop tôt pour commencer.

    Z est un homme zélé, sincère,
    fidèle et juste, et vrai,
    Un plaideur sérieux pour l'esclave -
    N'allez-vous pas l'être aussi ?

  • LA MARSEILLAISE DE GREAM ALLWRIGHT

    http://mga.asso.fr/#/

    La Marseillaise
    de Graeme Allwright et Sylvie Dien

    Pour tous les enfants de la terre
    Chantons amour et liberté.
    Contre toutes les haines et les guerres
    L’étendard d’espoir est levé
    L’étendard de justice et de paix.
    Rassemblons nos forces, notre courage
    Pour vaincre la misère et la peur
    Que règnent au fond de nos coeurs
    L’amitié la joie et le partage.
    La flamme qui nous éclaire,
    Traverse les frontières
    Partons, partons, amis, solidaires
    Marchons vers la lumière.
    Graeme Allwright, Sylvie Dien

    Texte libre de droit, offert par les auteurs, à distribuer sans modération.