Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2013

REVOLUTION FEMINIME DU KURDISTAN DE SYRIE

02-femmes.jpg

04-femmes.jpg

01-femmes.jpg

03-femmes.jpg

05-femmes.jpg

06-femmes.jpg

07-femmes.jpg

08-femmes.jpg

09-femmes.jpg

10-femmes.jpg

11-femmes.jpg

http://www.actukurde.fr/haberayrinti.php?id=574

Il s'agit d'une véritable révolution féminine devant les yeux du monde entier mais qui ne se fait pas remarquer.
La révolution lancée mi-juillet 2012 au Kurdistan occidental, le territoire kurde en Syrie, après la prise de contrôle des villes, est aujourd'hui dans une phase irréversible. Cette révolution a un visage de femme sans précédent dans l'histoire de toute la région. Ce n'est plus la peine de dire qu'il s'agit d'un modèle démocratique pour tous les peuples et les Etats de la région.

Théoriquement, la place de la femme dans les organisations kurdes est beaucoup plus  importante que dans les pays occidentaux. Par exemple, L’Union des Communautés du Kurdistan (KCK), système politique du PKK, exige un quota à part égale entre les femmes et les hommes. En général un quota de 40% pour chacun des deux sexes est adopté  par toutes les autres organisations qui sont réunies sous la bannière de ce système. Le système de coprésidence est aussi imposé. Enfin, comme au Kurdistan de Turquie, les combattantes kurdes du Kurdistan syrien font figure d'exception.

Visant à s'affranchir du patriarcat et de l’Etat, les réalisations des femmes kurdes sont à elles seules une révolution dans la révolution. Elles sont l'un des principaux piliers du système de l’autonomie démocratique. Au niveau militaire, les femmes kurdes ont leur propre armée sous le nom de YPJ, Unités de Défense des Femmes, sous la bannière des Unités de défense du peuple (YPG). Elles sont actuellement organisées en brigade et bataillon dans toutes les provinces pour défendre la population.

Les femmes kurdes, mobilisées notamment dans la "Yekitiya Star" (union des étoiles), ont également créé des "assemblées populaires" pour les femmes et des "maisons des femmes". Représentées de façon conséquente dans les "assemblées populaires", elles ont créé plusieurs centres éducatifs et scientifiques et fondé une académie pour les femmes dont le but est de populariser l’idéologie de la "libération de la femme". Les femmes assurent la coprésidence des "autorités populaires", tandis que leurs associations jouent un rôle actif dans la résolution des conflits politiques, éducatifs, familiaux, économiques et ceux avec les forces de l’ordre. Ces femmes qui se sont souciées de leur propre rôle concernant l’éducation dans la langue maternelle ont décidé de se mettre en association sous le nom de "Union des Femmes Enseignantes" dans le cadre de l'institut de langue kurde (SZK).

Aujourd'hui, la grande majorité des enseignants sont des femmes. Les femmes représentent 80 % de cet institut à Kobani (Ain al-Arab) avec 139 enseignantes, 90 % à Tirbespiyê (al-Qahtaniya) et 70 % à Afrin où 65 % des personnels  de toutes les organisations et les structures sont des femmes.

Des décisions importantes ont été prises pour empêcher le mariage forcé et le mariage des enfants. Le Mouvement Démocratique de la Société (TEV-DEM) a interdit le mariage avant l'âge de 18 ans.

Malgré les attaques "jihadistes" qui se cachent derrière la couverture de l'Islam, l'embargo international sur leur région, l'implication de la Turquie dans les attaques "jihadistes" et le silence "complice" de l'Occident, les Kurdes ont réussi à créer de facto une région  autonome. Ils s'apprêtent, dans un avenir proche, à construire une autorité régionale avec la participation des autres peuples du Kurdistan syrien, avant l'organisation des élections pour élire leur parlement et adopter une constitution démocratique.

---------------
A TELECHARGER

JEUNE FILLE SYRIENNE A LA GRENADE.pdf

Extrait : « Je sais que les filles de la ville de Homs ont en permanence des grenades dans leur sac pour se faire exploser dans le cas où elles viendraient à se faire enlever. J’espère sincèrement que je n’aurais jamais à mettre une grenade ou un pistolet dans mon sac, mais je pense que tout va dans ce sens ».

Il s'agit d'une véritable révolution féminine devant les yeux du monde entier mais qui ne se fait pas remarquer.  Imaginons que  dans une ville, 65 % des membres des organisations civiles, politiques et militaires sont des femmes. Imaginons que toute une région est dirigée, en pleine guerre, sur le principe de l'égalité entre les femmes et les hommes,  ou une armée féminine qui combatte à la fois un régime sanglant et des groupes armés.

La révolution lancée mi-juillet 2012 au Kurdistan occidental, le territoire kurde en Syrie, après la prise de contrôle des villes, est aujourd'hui dans une phase irréversible. Cette révolution a un visage de femme sans précédent dans l'histoire de toute la région. Ce n'est plus la peine de dire qu'il s'agit d'un modèle démocratique pour tous les peuples et les Etats de la région. 

Théoriquement, la place de la femme dans les organisations kurdes est beaucoup plus  importante que dans les pays occidentaux.  Par exemple, L’Union des Communautés du Kurdistan (KCK), système politique du PKK,  exige un quota à part égale entre les femmes et les hommes. En général,  un quota de 40% pour chacun des deux sexes est adopté  par toutes les autres organisations qui sont réunies sous la bannière de ce système. Le système de coprésidence est aussi imposé. Enfin, comme au Kurdistan de Turquie, les combattantes kurdes du Kurdistan syrien font figure d'exception.

Visant à s'affranchir du patriarcat et de l’Etat, les réalisations des femmes kurdes sont à elles seules une révolution dans la révolution.  Elles sont l'un des principaux piliers du système de l’autonomie démocratique.  Au niveau militaire, les femmes kurdes ont leur propre armée sous le nom de YPJ, Unités de Défense des Femmes, sous la bannière des Unités de défense du peuple (YPG). Elles sont actuellement organisées en brigade et bataillon dans toutes les provinces pour défendre la population.

Les femmes kurdes, mobilisées notamment dans la "Yekitiya Star" (union des étoiles), ont également créé des "assemblées populaires" pour les femmes et des "maisons des femmes". Représentées de façon conséquente dans les "assemblées populaires", elles ont créé plusieurs centres éducatifs et scientifiques et fondé une académie pour les femmes dont le but est de populariser l’idéologie de la "libération de la femme". Les femmes assurent la coprésidence des "autorités populaires", tandis que leurs associations jouent un rôle actif dans la résolution des conflits politiques, éducatifs, familiaux, économiques et ceux avec les forces de l’ordre. Ces femmes qui se sont souciées de leur propre rôle concernant l’éducation dans la langue maternelle ont décidé de se mettre en association sous le nom de "Union des Femmes Enseignantes" dans le cadre de l'institut de langue kurde (SZK).

Aujourd'hui, la grande majorité des enseignants sont des femmes. Les femmes représentent 80 %  de cet institut à Kobani (Ain al-Arab) avec 139 enseignantes, 90 % à Tirbespiyê (al-Qahtaniya) et 70 % à Afrin où 65 % des personnels  de toutes les organisations et les structures sont des femmes.

Des décisions importantes ont été prises pour empêcher le mariage forcé et le mariage des enfants.  Le Mouvement Démocratique de la Société (TEV-DEM) a interdit le mariage avant l'âge de 18 ans.

Malgré les attaques  "jihadistes" qui se cachent derrière la couverture de l'Islam, l'embargo international sur leur région, l'implication de la Turquie dans les attaques "jihadistes" et le silence "complice" de l'Occident, les Kurdes ont réussi à créer de facto une région  autonome.  Ils s'apprêtent, dans un avenir proche, à construire une autorité régionale avec la participation des autres peuples du Kurdistan syrien, avant l'organisation des élections pour élire leur parlement et adopter une constitution démocratique.

- See more at: http://www.actukurde.fr/haberayrinti.php?id=574#sthash.vO5XsHhc.dpuf

02/10/2013

ASSOCIATION KOKOPELLI

https://kokopelli-semences.fr/

Kokopelli est une association à but non lucratif, fondée en 1999 par Dominique et Sofy Guillet, et qui a pris le relais de Terre de Semences et du Jardin Botanique de la Mhotte fondés, dans l'Allier, respectivement en 1992 et en 1994.

Les militants de l’association œuvrent pour la Libération de la Semence et de l’Humus et la Protection de la Biodiversité alimentaire, en rassemblant tous ceux et toutes celles qui souhaitent préserver le droit de semer librement des semences potagères et céréalières, de variétés anciennes ou modernes, libres de droits et reproductibles. Et en rassemblant aussi tous ceux et toutes celles qui souhaitent continuer à chuchoter, à l’oreille de leurs voisins, les recettes des purins de plantes (ortie, prêle...) et d'autres ingrédients naturels et peu onéreux, sans se voir accusés de concurrence déloyale envers les multinationales vendeuses de poisons, celles qui s'autoqualifient de "sciences de la vie", celles-là même qui détruisent inexorablement et impunément la biosphère, incluant l'humanité, depuis des dizaines d'années, celles-là même qui ont fait de notre belle planète, la Terre, une poubelle génératrice de cancers.


23/09/2013

PIERRE RABHI "LES CLES DU PARADIGME"