Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2011

UN VENT DE FRONDE SOUFFLE DANS L'EGLISE

41yBjGM5koL__SS500_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le moment est venu de redonner à l'érotisme ses lettres de noblesse et à la spiritualité son rôle de sagesse"

Dans le livre Je voudrais vous parler d’amour... et de sexe, l’auteur Marie-Paul Ross s’attaque à des tabous comme la sexualité des prêtres. Selon elle, plus de 80 % des prêtres et religieuses ont eu des écarts de conduite par rapport à leur vœu de chasteté.
« À force de pratiquer la politique de l’autruche, certains chefs ecclésiastiques vacillent sur leur piédestal. Un grand nombre de leurs membres naviguent entre leur engagement et leur difficulté à orienter adéquatement leurs pulsions sexuelles », écrit-elle dans l’ouvrage paru aux éditions Michel Lafon.
« Tout est caché. C’est ça, le problème! » dit-elle.


http://www.metrofrance.com/info/marie-paul-ross-une-soeur-calee-en-sexe/pkiC!xpJPyoJSdXF7mZHckjT0A/
Une soeur religieuse a écrit un livre pour notamment alerter de l'ampleur de la misère sexuelle des ecclésiastiques. Son intérêt pour le sujet date de ses premières missions en Amérique Latine. Voir tant de jeunes filles être abusées sexuellement, violentées et mourir à cause d'un avortement raté, l'a incitée à leur venir en aide, en donnant à la communauté des cours d'éducation sexuelle. De ces expériences, elle a acquis la conviction que former à une sexualité épanouie et responsable est essentiel au bonheur. Quitte à se mettre à dos sa hiérarchie.
C'est à son retour au Québec, précédée par une sulfureuse réputation ("combien de fois m'a-t-on dit que j'étais diabolique et que j'allais être crucifiée à Rome!", dit-elle) que cette religieuse rebelle a pris conscience que 80% de ses frères et soeurs d'Eglise ne respectent pas leur célibat. "Ils prennent cet engagement pour un détail, ont des rapports sexuels entre eux et pour certains des pratiques vraiment déviantes. Ils sont donc obligés d'être hypocrites, de mentir et de tricher."

http://www.revue-ndc.qc.ca/grandes-entrevues/270?phpMyAdmin=c51c1b1bf831bb91c939e6c31eb175fe
Je voulais que les jeunes aient une sexualité plus humaine et moins bestiale. D'autre part, on est venu me chercher pour travailler à la formation des séminaristes et des futurs religieux. J'ai constaté que je rencontrais chez eux les mêmes problèmes sexuels vécus chez les jeunes. J'ai commencé à travailler à élaborer des programmes de formation qui étaient destinés aux religieux. J'ai compris que la vie affective était au centre de la vie humaine. Un être humain aux prises avec des souffrances affectives peut faire n'importe quoi, même vivre des déviances sexuelles.
.... Pendant toutes ces années j'ai découvert que les problèmes sexuels des religieux étaient cachés. C'est en leur donnant de la formation qu'ils ont commencé à parler de leurs situations de détresse affective. J'ai tellement entendu de confidences que je me suis aperçue que ces problèmes étaient vécus partout dans le monde parce qu'il n'y a pas d'éducation sexuelle adéquate qui est donnée.
.....
Les scandales sexuels qui affectent les communautés religieuses et le clergé sont liés à une mauvaise éducation sexuelle. Mon expérience me fait dire que nous ne connaissons que 10% des scandales. Heureusement car on ne saurait pas comment traiter tous ces problèmes. Mon désir profond est d'aider les autorités religieuses à comprendre le sens de la déviance sexuelle et comment on peut traiter ces souffrances.

Notre éducation sexuelle est vraiment un échec. Notre sexualité n'est pas vécue humainement. Notre société promeut une sexualité commerciale, bestiale et déviante. L'être humain doit intégrer la sexualité à l'amour sinon la sexualité est déshumanisée. Nous avons présentement un peu partout la promotion d'une sexualité pornographique où la sexualité n'a plus de lien avec l'amour et les valeurs qui y sont associées. Je pense au respect de la personne, à la vérité et à la fidélité.

Je veux d'abord parler du respect. Il s'agit de reconnaître la valeur de l'autre. On ne parle plus de cela dans la sexualité. Les jeunes pensent qu'ils peuvent utiliser le corps de l'autre dans n'importe quel contexte pourvu qu'il y ait des sensations. Le corps de l'autre est devenu objet de consommation et on est loin du respect qui est essentiel à l'amour.

Il en est de même pour la vérité. Nous vivons dans une société où le mensonge domine tout. Le domaine de la sexualité est profondément touché par cette attitude. Combien de mensonges sont racontés dans les relations hommes-femmes. La vérité est pour sa part liée à l'amour.

La fidélité est un autre élément essentiel au développement de l'amour. Nous sommes faits pour la fidélité. Pas de fidélité, pas d'amour! Plus les gens pratiquent du sexe sans amour plus ils sont dissociés et plus ils pensent que tout est possible. Les gens pensent que tout est permis pourvu que cela soit fait entre adultes consentants. La liberté humaine est mal comprise. La liberté doit avoir un lien avec l'amour.

Le déclin de l'amour est à nos portes. En même temps, nous nous rendons compte qu'on ne peut pas vivre sans amour. Sans amour, une société devient un corps en survie. J'observe que nous avons perdu les valeurs propres à l'amour à travers des pratiques sexuelles déshumanisantes. Je vous en donne un exemple. La tricherie mène le monde. Dans un couple, ce n'est plus l'amour qui compte mais le plaisir. J'entends souvent ceci : « Si je n'ai plus de plaisir, je ne peux plus vivre avec toi. » Nous vivons avec les conséquences de cela. Les enfants sont divisés. Tout est camouflé par des sourires mais dans le fond, les gens sont dissociés. Il y a tellement de personnes qui vivent des détresses affectives. Je le vois, c'est le déclin de l'amour.

Les commentaires sont fermés.