Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2010

L'ARGENT DETTE

L'Argent Dette explore l'arithmétique déroutante, frauduleuse et destructrice du système monétaire qui nous tient en otages par une dette constamment grandissante...
... et envisage des systèmes novateurs d'avenir.

Maurice Allais. Prix Nobel d'Economie
Extrait de "Lettre aux Francais : Contre les tabous indiscutés" Marianne n°659, 5 Decembre 2009

A maintenant 99 ans, notre seul prix Nobel d'économie Francais Maurice Allais vous invite à vous interroger, peut-être soulevera-t-il chez vous ces sentiments d'injustice et de révolte qui ont animé et animent toujours le coeur de ceux qui participent à l'éveil économique massif par et pour le peuple.

« Cette ignorance et surtout la volonté de la cacher grâce à certains médias dénotent un pourrissement du débat et de l'intelligence, par le fait d'intérêts particuliers souvent liés à l'argent. Des intérêts qui souhaitent que l'ordre économique actuel, qui fonctionne à leur avantage, perdure tel qu'il est. Parmi eux se trouvent en particulier les multinationales qui sont les principales bénéficiaires, avec les milieux boursiers et bancaires, d'un mécanisme économique qui les enrichit, tandis qu'il appauvrit la majorité de la population française mais aussi mondiale.

Question clé : quelle est la liberté véritable des grands médias ? Je parle de leur liberté par rapport au monde de la finance tout autant qu'aux sphères de la politique.

Deuxième question : qui détient de la sorte le pouvoir de décider qu'un expert est ou non autorisé à exprimer un libre commentaire dans la presse ?

Dernière question : pourquoi les causes de la crise telles qu'elles sont présentées aux Français par ces personnalités invitées sont-elles souvent le signe d'une profonde incompréhension de la réalité économique ? S'agit-il seulement de leur part d'ignorance ? C'est possible pour un certain nombre d'entre eux, mais pas pour tous. Ceux qui détiennent ce pouvoir de décision nous laissent le choix entre écouter des ignorants ou des trompeurs.»


Article complet et discussion à suivre ici:
etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?pid=8049#p8049

A consulter également:
lacrisedesannees2010.com/article-la-crise-scenario-pour-2010-42124131.html

02/04/2010

WITH WOMEN.ORG

POUR CHANGER LE MONDE AVEC LES FEMMES

http://www.with-women.org/

à téléchager :

APPEL POUR CHANGER LE MONDE AVEC LES FEMMES.PDF


POURQUOI CE FILM ?

26/03/2010

QUI GOUVERNE VRAIMENT ?

Nous ne sommes pas complices d'un système, mais mis en état de servitude par un système financier contrôlé par une très petite oligarchie internationale, principaux actionnaires des grandes banques dont également et principalement la FED (banque centrale américaine), ainsi que la BCE (banque centrale européenne), l'une et l'autre étant des Grandes Banques privées, totalement indépendantes des Gouvernements et des Institutions politiques.
Un petit monde qui peut faire la pluie et le beau temps, construire très facilement une ville dans un désert, comme assoiffer une nation.

 



Vous croyiez que la Banque de France est une institution "publique" ? comme son nom "semble" l'indiquer ! et que s'y logeait le Trésor Public, le bas-de-laine de l'État quand il n'est pas en période de vaches maigres ? ...
Croyances populaires que tout ça !!!!!!!!! Banque de France ne veut pas dire Banque de "la" France.
Que nenni !


Annie Lacroix-Riz, historienne
Extraits de sa conférence (voir la vidéo ci-haut)

"Pour la quasi-totalité de la population, et je dois dire l’historien inclus évidemment avant qu’il ne découvre les dossiers, un gouvernement … ça se prépare dans des conditions diverses, mais enfin un gouvernement ça n’existe que en régime parlementaire, parce qu’un parlement lui donne son acceptation, l’agrée, procède à son installation.

Eh bien ça ne se passe pas du tout comme ça !

Depuis Bonaparte, qui a fait à la France des institutions qui consacraient bien la victoire de la bourgeoisie, depuis Bonaparte et la création de la Banque de France, c’est donc une assez vieille affaire, euh, la Banque de France a reçu le moyen de gouverner les gouvernements de façon très simple. Chaque gouvernement dépend des avances de la Banque de France qui est un club de banques privées ... de la Grande Banque, de ce que l’on appelle la Grande Banque, et donc, lorsqu'un gouvernement est pressenti, dans des conditions qu’éclairent aussi les archives, eh bien avant de se présenter devant le Parlement, il se présente devant ce que l’on appelle le gouvernement de la Banque de France, c'est-à-dire le petit noyau des plus grands banquiers qui régentent la banque de France parmi lesquels on comptait dans la période qui nous occupe, xxxx qui était un des maîtres des industries sidérurgiques de la France, […]

Et donc, tout premier ministre pressenti, accompagné de son ministre des finances, … et donc le gouvernement qui dépendait des bontés de la Banque de France qui lui accordait ou ne lui n’accordait pas ses avances, le gouvernement venait promettre au gouvernement de la Banque de France, au futur gouvernement, de faire un bon usage bien économe des deniers, puisqu’un État c’est bien connu, c’est toujours impécunieux, et que cela a toujours tendance à laisser filer les salaires et autres , et il promettait donc d’appliquer l’assainissement financier qui était la clef de l’octroi des dites avances. J’insiste sur le fait qu’ils promettaient, et que, Herriot en 1924 et Léon Blum en 1936 ont promis …
[…]
J’insiste beaucoup sur le fait que, … je sais bien que cela choquera beaucoup, mais au vu des archives que je produis ce sera difficile de contester, j’insiste beaucoup sur le fait que le gouvernement de la France ne gouvernait rien, mais que la Banque de France gouvernait le gouvernement, et que, en France, il ne date nullement d’aujourd’hui que les banquiers et les industriels gouvernent le gouvernement. C'est-à-dire que le terme fort à la mode depuis un certain nombre d’années, selon lequel parce qu’autrefois les gouvernants gouvernaient, alors qu’aujourd’hui ce sont les banquiers internationaux qui gouvernent est un thème qui correspond à une réalité complètement pas neuve."