Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

"QUI MEURT AVANT DE MOURIR NE MOURRA JAMAIS" EXTRAIT DU SENS DE LA VIE - SILO

Extraits du "Sens de la Vie", octobre 1980, Mexico

... Je ne questionne jamais personne sur ses croyances particulières ; et même si je définis clairement ma position sur ce point, je proclame pour tout être humain la liberté de croire ou non en Dieu et la liberté de croire ou non en l’immortalité.
Parmi les milliers et les milliers de femmes et d’hommes qui travaillent solidairement au coude à coude avec nous se comptent des athées et des croyants, des personnes avec des doutes et d’autres avec des certitudes. Personne n’est interrogé sur sa foi. Tout est présenté comme une orientation pour que chacun décide pour lui-même de la voie la mieux à même d’éclairer le sens de sa vie.
Il n’est pas courageux de cesser de proclamer ses propres certitudes, mais il est indigne de la véritable solidarité d’essayer de les imposer.

 

EXTRAIT DU MESSAGE DE SILO

LE CHEMIN

- Si tu crois que ta vie se termine avec la mort, ce que tu penses, sens et fais n’a pas de sens. Tout s’achève dans l’incohérence, la désintégration.

- Si tu crois que ta vie ne se termine pas avec la mort, ce que tu penses doit coïncider avec ce que tu sens et ce que tu fais. Tout doit avancer vers la cohérence, vers l’unité.

- Si tu es indifférent à la douleur et à la souffrance des autres, toute aide que tu demandes ne trouvera pas de justification.

- Si tu n’es pas indifférent à la douleur et à la souffrance des autres, tu dois faire (en sorte) que coïncide ce que tu penses avec ce que tu sens et ce que tu fais pour aider les autres.

- Apprends à traiter les autres de la manière dont tu veux être traité.

- Apprends à dépasser la douleur et la souffrance en toi, dans ton prochain et dans la société humaine.

- Apprends à résister à la violence qu’il y a en toi et en dehors de toi.

- Apprends à reconnaître les signes de ce qu’il y a de sacré en toi et en dehors de toi.

- Ne laisse pas passer ta vie sans te demander : « Qui suis-je ? »

- Ne laisse pas passer ta vie sans te demander : « Vers où vais-je ? »

- Ne laisse pas passer un jour sans te répondre qui tu es.

- Ne laisse pas passer un jour sans te répondre vers où tu vas.

- Ne laisse pas passer une grande joie sans remercier en ton intérieur.

- Ne laisse pas passer une grande tristesse sans réclamer en ton intérieur cette joie qui est restée conservée.

- N’imagine pas que tu es seul dans ton village, dans ta ville, sur la Terre et dans les mondes infinis.

- N’imagine pas que tu es enchaîné à ce temps et à cet espace.

- N’imagine pas que dans ta mort s’éternise la solitude.

10/10/2010

PRESENTATION DU LIVRE DE LA MARCHE MONDIALE - TOLEDE

LIVRE DE LA MM.jpghttp://worldpeace.hautetfort.com/archive/2010/09/30/le-livre-de-la-marche-mondiale-pour-la-paix-et-la-non-violen.html

POUR COMMANDER LE LIVRE ET LE DVD

http://shop.theworldmarch.org/index.php?dispatch=products.view&product_id=1&sl=FR

 

1ER OCTOBRE 2010

1.jpg

20101001 Présentation du livre de la Marche Mondiale - Tolède.doc

Un an après le point de départ de la Marche Mondiale en Nouvelle-Zélande, on a présenté à Tolède (Espagne) le livre de la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence, une compilation à 400 pages en couleur et la presque totalité de ce qui a été fait durant trois mois, plus les préparatifs. Discours de Tony Robinson, Porte-parole International de Monde Sans Guerres et Sans Violence.

LIVRE DE LA MM.jpg

2.jpgPrésentation du livre de la Marche Mondiale - Tolède

C’est aujourd'hui le cent quarante et unième anniversaire de Mahatma Gandhi, la 4eme fois que les Nations Unies observent la Journée Internationale de la Non-violence et cela fait un an que débutait à Wellington (Nouvelle Zélande), la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-violence.

En ce moment il y a précisément un an que les membres de l'équipe de base de la Marche Mondiale nous nous étions déjà réveillés d'un rêve très bizarre dans lequel une cinquantaine d’entre nous, nous dormions sur des matelas avec bien peu de couvertures pour nous tenir au chaud, en nous demandant comment nous allions survivre jusqu'au jour 93, si ça c’était seulement le premier jour !

Durant les trois prochains mois, tous les membres de l'équipe de base qui ont voyagé, se souviendront sans doute, en feuilletant ce livre dans des moments de tranquillité " Quoi ! Il y a déjà un an qu’on faisait cette chose incroyable dans ce pays-là. On dirait que c’était il y a 10 ans ! "

L'an passé, la Marche Mondiale a constituée un apport énorme pour la prise de conscience des dangers des armes nucléaires, et cela dans la période préalable à la conférence de révision du Traité de non-prolifération (TNP) à New York. A cet effort, se sont ajoutés des milliers d'organisations du monde entier, grandes et petites, démontrant ainsi que cette demande n'est pas une question de minorités, mais est le désir pressant de la population mondiale.

Évidemment, les 10 dirigeants mondiaux qui contrôlent les armes nucléaires ont choisi de ne pas nous écouter et la conférence du TNP a été de nouveau une déception pour les groupes antinucléaires. Toutefois, notre Marche a été un succès pour la bonne et simple raison qu’elle nous a donnée la possibilité de créer des liens entre des millions de jeunes du monde entier. Nous les avons ainsi aidé à se connecter avec leurs idéaux.

Nous nous trouvons maintenant dans une situation où ce dont nous avons besoin, c’est un mouvement social ample capable de connecter de nouveau avec les jeunes et capable de changer la direction dans laquelle s’oriente le monde. Pour cela, une force renouvelée dans Monde sans Guerres est nécessaire parce qu’il est de notre tâche de contribuer à la création de ce mouvement social.

Mais, comment créer ce mouvement social ? Ce qu’il nous faut, c’est rassembler les pièces du casse-tête. Il faut montrer comment le système économique mondial est en rapport avec l'industrie de l'armement, mettre en évidence son rapport avec les banques, les conséquences sur la pauvreté, le changement climatique, comment cela implique les abus des droits humains, mettre cela en relation avec les guerres, avec les gouvernements, avec les médias, comment cela affecte mon travail (ou mon manque de travail) et, surtout les difficultés que j'ai à la maison ou avec mes amis ou avec mes enfants et mes parents et même celles que j'ai avec moi même, mon esprit et mon corps.  Parce que le fait est que tout est lié, et si tout le monde pouvait voir cette connexion, ce mouvement dont on parle existerait déjà.

Le mouvement que nous créons a une direction et un destin au-delà de l'horizon immédiat, et nous ne sommes pas les seuls à nous diriger vers là.
Nous pouvons dire aux environnementalistes, aux activistes antinucléaires, aux activistes des droits humains, aux groupes de lutte contre la pauvreté, aux gens spirituels et à beaucoup d'autres, " Oui, nous allons aussi dans cette direction. Allons-y tous ensemble ! "

Il y a des siècles les Européens croyaient que le monde était plat et Christophe Colomb est arrivé et a dit : " Non, il n'est pas plat, il est rond. Nous allons vers l'Inde en direction ouest ". Il y a quelques siècles, de nouveau en Europe, on avait instauré comme point de vue que la Terre était le centre de l'univers et ceux qui n'étaient pas d'accord ont été tués.

Il y a un peu plus de deux siècles, une fois de plus en Europe, les gens croyaient que l'esclavage était naturel étant donné la " différente nature " des êtres humains avec des caractéristiques de peau différente.

Les Européens, nous avons à répondre de beaucoup de choses !
Dans ce siècle-ci, nous nous trouvons face à la croyance que les êtres humains sont naturellement violents. Nous sommes face à la croyance que le bonheur vient avec l'argent. Nous sommes face à la croyance que les individus n'ont pas la possibilité de produire de réels changements.
Voici les croyances qu'il nous revient de dépasser.

D’ici cent ans, nos descendants se réuniront sûrement le 2 octobre 2110 pour le deux cent quarante et unième anniversaire de la naissance de Gandhi, et le cent et unième anniversaire de la première Marche Mondiale par la Paix et la Non-violence. Pouvons-nous imaginer leur façon de penser ? Ils verront l'argent dans les musées et ils seront surpris par la quantité de douleur et la violence qu'il a causée. Ils verront des films documentaires sur les guerres et les armes nucléaires et seront incapables de comprendre pourquoi il existait de telles choses. De la même manière que nous ne pouvons pas aujourd'hui comprendre comment on peut maintenir un autre être humain dans l'esclavage.

Mais nous ne regardons pas en arrière, d’ici 100 ans dans le futur. Nous sommes ici maintenant et avec cette tâche à mener de l’avant.

Dans Monde sans Guerres, nous venons de souffrir le plus grand changement dans notre histoire relativement brève. Après avoir organisé et complété avec succès la Marche Mondiale, nous avons perdu la lumière qui nous guidait, Silo.  Silo a été pour nous une lumière externe, un point de référence externe. Dès lors, chacun de nous devra être attentif pour détecter aussi à l'intérieur de lui-même cette lumière, qui déjà nous guide et nous sert de référence. C’est bien ce point au-delà de notre horizon temporel, la Nation Humaine Universelle, que nous allons atteindre.
Merci.

anglais.jpg


Tony Robinson
Porte-parole international

Monde sans Guerres et Sans Violence
tonymrobinson@gmail.com

 

 

Extraits du parcours dans le monde de la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence, et arrivée à Punta de Vacas, Mendoza - Argentine (en 2 parties).

22/09/2010

MARIO RODRIGUEZ COBOS – SILO, FONDATEUR DU MOUVEMENT HUMANISTE - 6 JANVIER 1938-16 SEPTEMBRE 2010

silo1.jpg

 

 

HOMMAGES DIVERS A TELECHARGER

ARTICLE SUR WWW.ELARGENTINO.COM

ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL ELPAIS.COM

ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL ELDIARIO24.COM

ARTICLE PARU DANS JE JOURNAL EL MUNDO

ARTICLE PARU DANS LE JOURNAL DARIOUNO.COM

ARTICLE PARU DANS WWW.CORREVEIDILE.COM.AR

ARTICLE PARU DANS TUPAC AMARU

HOMMAGE DES HUMANISTES & LIENS DIVERS

PRESSENZA INTERNATIONAL
(presse du Mouvement Humaniste)

HOMMAGES DES HUMANISTES D'AFRIQUE DE L'OUEST (en arabe)

HOMMAGE DE CONVERGENCE DES CULTURES

HOMMAGE DU PARTI HUMANISTE


MARIO RODRIGUEZ COBOS – plus connu sous le pseudonyme de SILOl’auteur argentin prolifique et fondateur du Mouvement Humaniste, qui compte des militants dans plus de 100 pays autour du monde, est décédé aujourd’hui dans sa ville natale de Mendoza, Argentine entouré des membres de sa famille après avoir lutté de nombreux mois contre une insuffisance rénale.

http://world.pressenza.org/npermalink/mario-rodriguez-cobos-silox-fondateur-du-nouvel-humanisme-6-janvier-1938-16-septembre-2010

Source : Pressenza International, Tony Robinson

Mendoza, 17 Septembre 2010

Bien que pour toutes les personnes ayant vu Silo ces derniers mois son corps ait paru s’affaiblir, ce fut un choc lorsqu’il y a deux semaines une annonce officielle a confirmé qu’il souffrait d’une insuffisance rénale. Personne n’imaginait que la fin viendrait si vite.

Tomas Hirsch, un ami proche depuis des décennies et ancien candidat à la présidence du Chili, a déclaré la nuit dernière « Il est mort comme une personne qui non seulement ne croit pas en la mort, mais par-dessus tout considère la vie comme une partie de la transcendance. »

Selon les témoignages, le philosophe et guide spirituel, dont les livres ont été traduits dans des dizaines de langues, est décédé vers 22h00, heure locale en Argentine, accompagné de son épouse et de l’un de ses fils.

Hirsch poursuit son hommage en disant « Son héritage est si vaste qu’à l’heure actuelle, nous ne pouvons en saisir ses dimensions. C’est un homme qui a lancé un projet qui le transcende absolument dans le temps, un projet de transformation personnelle et sociale qui a été transplanté dans de nombreuses organisations autour de la planète : politiques, sociales, culturelles et surtout spirituelles. »

Dans le monde entier, du Mozambique à la Hongrie, de l’Argentine à l’Inde et des USA aux Philippines, ses amis vont se rassembler dans les Parcs d’étude et de réflexion qu’il a initié afin de se consoler et rendre hommage à la vie d’un homme qui a dénoncé et tourné le dos à l’ordre établi pratiquement depuis qu’il est devenu conscient de son existence.

Il s’est lancé publiquement vers le monde en 1969 dans un discours intitulé « La guérison de la souffrance » dans les Andes, dans une bourgade de montagne appelée Punta de Vacas, qui était le seul endroit où les autorités militaires de l’époque l’autorisaient à parler. A cette occasion, après avoir expliqué que le désir conduit la violence, établi la liste des différentes formes de violence dans le monde et les avoir dénoncées, il déclarait « Il n’existe aucun parti politique ni mouvement sur la planète qui puisse mettre fin à la violence. » Il s’est alors chargé d’en créer un qui allait finalement étendre son influence à plus de 100 pays et dont l’aspect le plus public est le « Parti Humaniste ». Il a cependant aussi inspiré ou directement organisé le lancement de la « Communauté pour le développement humain », «Convergence des cultures», le «Centre mondial des études humanistes» et «Monde sans guerres et sans violence».

C’est de cette dernière organisation que la démonstration la plus publique de l’humanisme en action émergea l’année dernière avec la «Marche mondiale pour la paix et la non-violence». Cette grande mobilisation, conçue par Rafael de la Rubia, un militant humaniste depuis près de 40 ans, était totalement inspirée par cette doctrine de changement social et personnel promue par Silo.

Plus récemment, il s’est consacré au lancement des Parcs d’étude et de réflexion, dont une trentaine se développent, avec leurs lieux de méditation totalement sphériques à l’intérieur ét pointus à l’extérieur, épurés de tout sauf de soi-même et des autres personnes.

Il s’est aussi consacré à son projet spirituel «Le message de Silo », offrant à ses amis une voie d’expression de la dimension spirituelle sans avoir à la relier aux expressions religieuses existantes, dont beaucoup ont été prises à partie par Silo pour leur violence religieuse. Son «Message» a pris la forme d’un petit livre contenant un autre livre qu’il avait écrit en 1971, intitulé «Le regard intérieur», le voyage de l’auteur à partir d’un état de «non-sens» de la vie vers une existence pleine de sens, huit cérémonies pour accompagner les moments de changement dans la vie, comme le mariage et la mort, et une méditation appelée le chemin, assurant aux lecteurs « N’imagine pas que tu es seul dans ton village, dans ta ville, sur la Terre, ou parmi les mondes infinis. »

Comme il l’a écrit dans la cérémonie de la Reconnaissance « Notre spiritualité n’est pas une spiritualité de la superstition, elle n’est pas une spiritualité d’intolérance, elle n’est pas une spiritualité de dogme, elle n’est pas la spiritualité de la violence religieuse ; elle est la spiritualité qui s’est réveillée de son profond sommeil pour nourrir les êtres humains dans leurs meilleures aspirations.»

Ses amis se font aujourd’hui à l’idée de tenter de poursuivre son projet sans pouvoir consulter directement celui qui a inspiré leurs vies, en reflétant ce qu’il avait écrit en 1981 dans le Paysage Intérieur, la deuxième partie de «Humaniser la Terre». «Je te dirai quel est le sens de ta vie ici : humaniser la Terre. Qu’est-ce qu’humaniser la Terre ? C’est dépasser la douleur et la souffrance, c’est apprendre sans limites, c’est aimer la réalité que tu construis.
Je ne peux te demander d’aller au-delà, mais il ne sera pas outrageant que j’affirme «Aime la réalité que tu construis, et pas même la mort n’arrêtera ton vol !»

Mario Rodriguez Cobos, Silo, né le 6 janvier 1938, est décédé le 16 septembre 2010 à l’âge de 72 ans. Son épouse Ana Luisa et ses deux fils Alejandro et Federico lui survivent. Auteur de plusieurs livres, notamment «Humaniser la Terre», «les propos de Silo», «Lettres à mes amis», «Mythes et Racines universelles», «Le Jour du Lion Ailé», «Le message de Silo» et «Contributions à la pensée», fondateur du mouvement humaniste et des Parcs d’étude et de réflexion. En octobre 1993, il fut nommé Docteur Honoris Causa de l’Académie Nationale des Sciences de Russie.

LA NOUVELLE SUR CANAL 13 SUR LE DEPART DE SILO

SUR TV MENDOZA

Un témoignage simple et en même temps intense avec les cérémonies d'adieux des restes de Silo, de 17 et 18 septembre 2010, l'Argentine
Réalisé par Pancho G.

Octobre 2010 - Cérémonie Hommage et dispersion des cendres de Silo à La Réja - Photos et Vidéo

ALBUM PHOTOS