Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2010

UMOJA, LE VILLAGE FONDE PAR LES FEMMES

 

Pour écouter 2 interview de ces femmes sur RFI : http://www.rfi.fr/lffr/articles/083/article_1271.asp

Sur Facebook : http://www.causes.com/causes/115133?as_id=160464&as_t...

UMOJA.jpg

De 1970 à 2003, 1600 femmes ont été violées par des soldats britanniques en stationnement dans le nord du Kénya. Se sentant déshonorés les maris ont battu et répudié leurs femmes. Pour survivre, certaines femmes se sont regroupées et ont créé UMOJA, le village interdit aux hommes. Depuis sa création, le village subit les attaques des hommes, jaloux du succès des femmes.

UMOJA veut dire UNITE en Swahili

Il y a dix ans, un groupe de femmes est venu s'installer sur un terrain d'herbes sèches abandonné et a fondé le village d'Umoja qui veut dire "unité" en Swahili.

Ces femmes avaient toutes été violées par des soldats britanniques et abandonnées par leurs maris qui prétendaient qu'elles avaient jeté la honte sur leur famille et leur communauté.

Abasourdie par l'histoire de ces femmes violées et abandonnées, Rebecca Lolosoli décida à l'époque qu'aucun homme ne serait autorisé à vivre dans ce village construit de manière traditionnelle en cercle, fait de cases de boue et de bouse de vache séchée, et situé non loin de la réserve nationale de Samburu, très prisée des touristes. Et ce qui était un petit groupe de femmes sans toit, à la recherche d'un endroit pour vivre, est devenu un village florissant.

Les quelque quarante femmes qui y vivent ont créé un centre culturel et un camping qui marche très bien. En outre, la réputation du village est telle que de nombreuses femmes de tout le pays viennent y rechercher de l'aide, si bien qu'il a fallu embaucher des hommes pour aller chercher le bois nécessaire à la cuisine, tâche habituellement dévolue aux femmes.

Dans un moment de dépit, les hommes de la tribu ont construit leur propre village juste en face, mais n'ont pas réussi, comble d'ironie, à attirer les touristes dans leur propre camping. Les femmes, de leur côté, ont si bien mené leur entreprise qu'avec le revenu du camping et des produits artisanaux qu'elles vendent aux touristes, elles ont pour la première fois envoyé leurs enfants à l'école, acheter des vêtements neufs, améliorer leur alimentation et surtout refuser les excisions et les mariages précoces pour leurs filles. Leur succès cependant a attisé la jalousie des hommes et Rebecca a reçu de nombreuses menaces de mort. (…)

Sebastian Lesinik, le chef du village masculin, s'étrangle quand on lui parle d'Umoja. "L'homme est la tête et la femme le cou. Or une tête ne peut pas demander à un cou de donner son avis", avance-t-il pour expliquer sa vision de la place des femmes dans le couple. Porte-parole de son village, il n'accepte pas que des trouble-fête telles que Rebecca remettent en cause les fondements mêmes de la culture de sa communauté.

"Il arrive parfois que des maris viennent à Umoja demander à leurs ex-épouses de revenir avec eux, mais la majorité d'entre elles refuse. Les femmes d'ici ne disent pas qu'elles n'ont pas besoin d'hommes, elles apprécient leur présence en tant qu'ami et cela suffit", ajoute Béatrice, l'institutrice du village.

Il n'empêche, c'est grâce à l'attitude de ces femmes que le parlement Kényan va bientôt débattre d'une série de projets de lois susceptibles d'améliorer la condition féminine. Si ces textes sont adoptés, "elles auront le droit de choisir leur mari, pourront exiger réparation en cas de harcèlement sexuel, refuser l'excision et poursuivre les violeurs en justice.

UMOJA2.jpg

REBECCA LOLOSOLI, la fondatrice et chef du village, nous explique : « Dans la communauté Samburu, la femme n’a pas le droit à la parole. Elle fait tout le travail pendant que l’homme mange puis dort à l’ombre d’un arbre et boit de la bière traditionnelle. Elle n’a pas le droit à la propriété. C’est elle qui constitue la propriété de son mari ».

Rebecca Lolosoli poursuit son action. Elle a été récemment invitée par l'ONU à venir participer à une conférence et au sommet africain des collectivités locales, Africités, se tenant cette année à Nairobi, au Kenya. Rebecca y a rejoint une délégation de femmes et eu l’occasion unique de rencontrer les décideurs du gouvernement et de la communauté internationale afin d’améliorer le quotidien des femmes d’Umoja et d’ailleurs.

Méliane, jeune femme de 26 ans, est arrivée à Umoja avec ses deux enfants pour fuir son mari qui la battait. Elle est désormais heureuse mais son mari a décidé de la reprendre morte ou vive.

UMOJA3.jpg

Lokaitip, l’un des watchmen nous raconte : «J’ai tout perdu et j’ai décidé de travailler pour les femmes d’Umoja car elles sont justes. Les autres hommes ne m’adressent plus la parole et me traitent de femme car je travaille pour elles. Cela m’importe peu : je les protégerai corps et âme».

-------------

MANTA PRODUCTION a réalisé le documentaire qui dure 52 minutes http://www.umoja-film.com/UMOJA,_LE_FILM/Accueil.html

Jusqu’à présent, hormis l’invitation de Rebecca au sommet Africités, nous avons, en commercialisant des produits à l’image du village, financé le salaire annuel de l’institutrice de l’école et procuré 300 cartes de votes aux femmes Samburu. La principale source de revenus du village est le tourisme. Le meilleur moyen de soutenir Umoja est donc de s’y rendre. Contactez-nous pour préparer votre voyage.

http://www.umoja-film.com/UMOJA,_LE_FILM/Aide_au_village....

Vous pouvez aussi soutenir le village d’Umoja en vous procurant des photos et cartes à l’effigie du village ou de l’artisanat des habitantes. Une partie des profits est destinée au village (association Umoja Uaso Women Group), les sommes distribuées permettant à la communauté de couvrir les frais de santé (médicaments, hospitalisation) et d’éducation (livres et manuels scolaires, salaire de l’instituteur).

------------- 

Visitez le site des habitantes d’Umoja
http://www.umojawomen.org/sitemap.htm

Umoja Uaso Women’s Group est l’association des femmes du village d’Umoja. Elle promeut les droits de la femme dans la région Samburu.

11/07/2010

LES INDIENS DE LA PAIX

Une délégation d'Indiens d'Amérique en visite à Jérusalem


Rencontre avec une délégation d'Indiens d'Amérique venus à Jérusalem.

http://www.turbo.fr/video-du-web/les-indiens-de-la-paix/i...

http://www.youtube.com/v/1EqBwbLerho

 


LES GEANTS DES TEMPS ANCIENS

GEANT.jpgVoici un livre "Le Livre des Rois" de Ferdowsi (Sindbad, Actes Sud) qui parle des géants des temps anciens.

La Perse au temps des géants des temps anciens. Ceux-ci sont décrits comme des hommes ayant des bras comme des troncs d'arbre, etc... Il est cité aussi Zorastre, un prophète ayant missionné l'Amérique Latine avant l'arrivée des colons espagnols.
 
Voici une vidéo très intéressante parlant et expliquant les géants dont les restes ont été découverts au 20e siècle.
http://www.dailymotion.com/swf/mn8xhwIqpLcox2963

 

 

GEANT2.jpg

Beaucoup en parlent :

http://bibleetdecouvertes.free.fr/textes/geants1.htm

http://www.webzinemaker.com/admi/exec/print.php3?ident=ph...


------------


Ibn Fadlan a été envoyé de Bagdad en 921comme secrétaire d’un ambassadeur du Calife Al-Muqtadir, le roi des Bulgares de la Volga.
Il décrit un peuple qu’il nomme les Rūs’ (روس) ou Rūsiyyah identifiés par la majorité des érudits comme étant les Rus′ ou varègues, ce qui ferait de son récit un des premiers portraits des Vikings.
Les Rūs’ sont présentés comme des commerçants tenant négoce sur les rives proches du camp bulgare. Ils sont décrits comme ayant les corps les plus parfaits qui soient, aussi grands que des palmiers avec des cheveux blonds et une peau vermeille. Ils sont tatoués du cou jusqu’aux pieds avec des motifs d’arbre et d’autres figures, tous les hommes étant armés d’une hache et d’un long couteau.
Il a également décrit en grand détail l’enterrement d’un de leurs chefs de clan comprenant un sacrifice humain.
« Les Rus' vivent sur une île couverte de broussailles et de forêts épaisses dont le tour nécessite trois jours de marche… ; Ils pillent les Slaves qu’ils atteignent à l’aide de navires ; ils les emmènent au loin comme esclaves et… les vendent ; Ils n'ont aucun champ, ne vivant que de ce qu’ils obtiennent… des terres des Slaves ; Quand un fils leur naît, le père se dirige vers le nouveau-né, l’épée à la main et, la jetant à terre, il lui dit : “Je ne te lèguerai aucun bien : tu n’auras ce que tu peux te procurer avec cette arme.” »
« Ils portent des vêtements propres, se peignent tous les jours les cheveux et les hommes se parent de bracelets d’or. Ils traitent bien leurs esclaves qui portent également des vêtements somptueux, parce qu’ils consacrent tous leurs efforts au commerce. Ils ont beaucoup de villes. Ils ont une attitude des plus amicales envers les étrangers et les étrangers cherchant refuge. »