Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2010

CHARTE DES PRIX NOBEL DE LA PAIX POUR UN MONDE NON-VIOLENT

Charte pour un Monde Non-Violent


La violence est une maladie que l'on peut prévenir

* Aucun État ni individu ne peut être en sécurité dans un monde dans l'insécurité. Les valeurs de la non-violence, dans les intentions, dans les pensées et dans les pratiques, sont passées de l'alternative à la nécessité. Ces valeurs s'expriment dans leur application entre états, groupes et individus.

* Nous sommes convaincus que l'adhésion aux valeurs de la non-violence initiera un ordre mondial plus civilisé et pacifique, dans lequel des systèmes de gouvernement plus justes et plus efficaces, respectueux de la dignité humaine et de la sacralité de la vie pourront devenir une réalité.

* Nos cultures, nos histoires et nos vies individuelles sont en interrelations et nos actions sont interdépendantes. Aujourd'hui comme jamais auparavant, nous croyons que c'est une vérité qui nous attend : notre destin est commun, un destin qui sera déterminé par nos intentions, nos décisions et nos actions d'aujourd'hui.

* Nous sommes absolument convaincus que créer une culture de la paix et de la non-violence, bien qu'étant un processus long et difficile, est un objectif noble et nécessaire. Affirmer les principes énoncés dans cette Charte est un pas, d'une importance vitale, pour garantir la survie et le développement de l'humanité et parvenir à un monde sans violence.

Nous, Prix Nobel de la Paix et Organisations Nobel pour la Paix,

* Réaffirmant notre attachement à la Déclaration Universelle des Droits Humains ;

* Préoccupés par la nécessité de mettre fin à la propagation de la violence à tous les niveaux de la société et, surtout, aux menaces qui pèsent au niveau global et met en péril l'existence même de l'humanité ;

* Réaffirmant que la liberté de pensée et d'expression est à la racine de la démocratie et de la créativité ;

* Nous souvenant que la violence se manifeste sous de nombreuses formes, comme le conflit armé, l'occupation militaire, la pauvreté, l'exploitation économique, la destruction environnementale, la corruption et les discriminations fondées sur des préférences de race, de religion, de genre ou d'orientation sexuelle ;

* Reconnaissant que le culte de la violence, tel qu'il s'exprime à travers la culture populaire, contribue à accepter la violence comme normale et admissible ;

* Conscients que la violence cause le plus grand dommage aux plus faibles et aux plus vulnérables ;

* Insistant sur le fait que la paix n'est pas seulement l'absence de violence, mais aussi la présence de justice et le bien-être des peuples ;

* Comprenant que l'échec des États de s'adapter suffisamment aux diversités ethniques, culturelles et religieuses, est à la racine d'une grande part de la violence qui existe dans le monde ;

* Reconnaissant l'urgence de développer un plan alternatif à la sécurité collective basé sur un système dans lequel aucun pays, ou groupe de pays, ne puisse compter sur les armes nucléaires pour sa propre sécurité ;

* Conscients que le monde a besoin d'approches et de mécanismes mondiaux efficaces pour la prévention et la résolution des conflits de manière non-violente, et qu'ils produisent de meilleurs résultats quand ils sont appliqués dans la phase la plus précoce possible ;

* Affirmant que c'est sur ceux qui sont investis du pouvoir que repose la plus grande responsabilité de mettre fin à la violence, quel que soit le lieu où elle se manifeste et de la prévenir chaque fois que cela est possible ;

* Convaincus que les valeurs de la non-violence doivent triompher à tous les niveaux de la société, ainsi que dans les relations entre les États et les peuples ;

Nous demandons à la communauté internationale de favoriser le développement des principes suivants :

Premièrement : Dans un monde interdépendant, la prévention et la cessation des conflits armés entre États et à l'intérieur des États requiert une action collective de la part de la communauté internationale. La sécurité individuelle des États ne peut être assurée qu'en progressant dans la sécurité humaine mondiale. Ceci requiert le renforcement des réformes du système de l'ONU et des organisations de coopération régionale.

Deuxièmement : Pour parvenir à un monde sans violence, les États doivent toujours respecter l'état de droit et honorer leurs accords juridiques.

Troisièmement : Il est essentiel de s'acheminer sans plus tarder vers l'élimination universelle et vérifiable des armes nucléaires et des armes de destruction massive. Les États qui détiennent de telles armes doivent accomplir des avancées concrètes vers le désarmement et adopter un système de défense qui ne se base pas sur la dissuasion nucléaire. En même temps, les États doivent maintenir leurs efforts de consolider le régime de non prolifération nucléaire, en prenant des mesures comme renforcer les contrôles multilatéraux, protéger le matériel nucléaire et faire progresser le désarmement.

Quatrièmement : Pour contribuer à éliminer la violence dans la société, la production et la vente d'armes petites et légères doivent être réduites et rigoureusement contrôlées au niveau international, national, régional et local.

De plus, il doit exister une application totale et universelle des accords internationaux en matière de désarmement, comme par exemple le Traité pour l'Interdiction des Mines de 1997, et le soutien aux nouveaux efforts visant à éliminer l'impact des armes indiscernables et activées par les victimes, comme par exemple les munitions cluster. Il est nécessaire d'édicter un Traité du Commerce des Armes global et efficace.

Cinquièmement : Le terrorisme ne peut en aucun cas être justifié, car la violence génère la violence et qu'aucun acte de terreur contre les populations civiles de n'importe quel pays ne peut être perpétré au nom d'une cause quelle qu'elle soit. La lutte contre le terrorisme ne peut, cependant, justifier la violation des droits humains, du droit humanitaire international, des règles de la société civile et de la démocratie.

Sixièmement : Mettre fin à la violence domestique et dans les familles exige le respect inconditionnel de l'égalité, de la liberté, de la dignité et des droits des femmes, des hommes et des enfants, de la part de tous les individus et institutions de l'état, de la religion et de la société civile. De telles tutelles doivent s'incorporer aux lois et aux conventions locales et internationales.

Septièmement : Chaque individu et État partage la responsabilité de prévenir la violence envers les enfants et les jeunes, qui représentent notre futur commun et notre bien le plus précieux. Tous ont droit à une éducation de qualité, à des premiers soins efficaces, à la sécurité personnelle, à la protection sociale, à une pleine participation dans la société et un environnement favorable qui renforce la non-violence comme style de vie. L'éducation à la paix et à la non-violence, mettant l'emphase sur la qualité humaine innée qu'est la compassion, doit être une partie essentielle des programmes scolaires à tous les niveaux.

Huitièmement : Prévenir les conflits dérivés de l'épuisement des ressources naturelles, en particulier, des sources d'eau et d'énergie, exige que les États développent un rôle actif et instituent des systèmes juridiques et des modèles dédiés à la protection de l'environnement et à l'ajustement de la consommation des ménages basée sur la disponibilité des ressources et des réelles nécessités de l'être humain.

Neuvièmement : Nous appelons les Nations Unies et leurs États membres à promouvoir la reconnaissance des diversités ethniques, culturelles et religieuses. La règle d'or d'un monde non-violent est : "Traites les autres comme tu voudrais être traité".

Dixièmement : Les principaux instruments politiques nécessaires pour instaurer un monde non-violent sont le fonctionnement démocratique des institutions et le dialogue basé sur la dignité, la connaissance et le compromis, menés dans le respect de l'équilibre entre les parties intéressées et, si c'est opportun, en tenant compte également des aspects de la société humaine dans sa totalité et de son environnement naturel.

Onzièmement : Tous les États, institutions et individus doivent faire l'effort de s'opposer aux inégalités dans la distribution des ressources économiques et résoudre les grandes iniquités qui créent un terrain propice à la violence. La disparité des conditions de vie mène inévitablement à l'inégalité des chances, et dans de nombreux cas, à la perte d'espoir.

Douzièmement : La société civile, y compris les défenseurs des droits humains, les pacifistes et les activistes écologiques, doit être reconnue et protégée comme étant essentielle à la construction d'un monde non-violent, de même que tous les gouvernements doivent être au service de leurs propres citoyens et non l'inverse.

Les conditions devraient être créées pour permettre et encourager la participation de la société civile, en particulier celle des femmes, aux processus politiques au niveau mondial, régional et local.

Treizièmement : Mettant en œuvre les principes de cette Charte, nous nous adressons à tous pour travailler ensemble à un monde juste et non-meurtrier, dans lequel chacun ait le droit de ne pas être tué et à son tour le devoir de ne tuer personne.

Pour s'opposer à toutes les formes de violence, nous encourageons la recherche scientifique dans les domaines de l'interaction humaine et du dialogue, et nous invitons les communautés académiques, scientifiques et religieuses à nous aider dans la transition vers une société non-meurtrière et non-violente.

Nobel signataires :

• Mairead Corrigan Maguire
• Sa Sainteté le Dalai Lama
• Mikhaïl Gorbatchev
• Lech Walesa
• Frederik Willem De Klerk
• Archevêque Desmond Mpilo Tutu
• Jody Williams
• Shirin Ebadi
• Mohamed ElBaradei
• John Hume
• Carlos Filipe Ximenes Belo
• Betty Williams
• Muhammad Yunus
• Wangari Maathai
• International Physicians for the Prevention of Nuclear War
• Croix Rouge
• International Atomic Energy Agency
• American Friends Service Committee
• International Peace Bureau

25/05/2009

VIIe SOMMET DE L'ALBA (ALTERNATIVA BOLIVARIANA PARA LAS AMERICAS)

"Nous voulons un monde où tous les pays,
grands et petits, peuvent avoir
les mêmes droits et
où il n'existe pas d'empires
"

Le Vème sommet des Amériques (de l'OEA), et celui occulté, le VIIème sommet de l'Alternative Bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) a réuni la Bolivie, Cuba, le Vénézuela, la Dominique, l'Equateur, l'Honduras, le Paraguay, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et a pu compter sur la présence de Miguel d'Escotto – Président de l'Assemblée Générale de l'ONU*.

ALBA.jpg

Document des pays de l'Alternative Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA) pour le Vème Sommet des Amériques.

Cumanà, 17 avril 2009

 

ALBA2.jpgNous Chefs d'Etat et de gouvernement de Bolivie, Cuba, Dominique, Honduras, Nicaragua et Vénézuela, pays membres de l'ALBA, considérons que le projet de Déclaration du Vème sommet des Amériques est insuffisant et inacceptable pour les raisons suivantes :

- Il n'offre pas de réponse à la Crise Economique Mondiale, bien que celle-ci constitue le plus grand défi que l'Humanité ait eu à affronter au cours des dernières décennies et, actuellement, la plus grande menace existante au bien-être des peuples.

- Il exclut injustement Cuba, sans évoquer d'ailleurs le consensus général qui existe dans la Région pour condamner le Blocus et les tentatives d'isolement dont Cuba, son peuple et son gouvernement ont été continuellement l'objet et ce de manière criminelle.

Pour ces raisons, nous pays membres de l'ALBA, considérons qu'il n'existe pas de consensus pour adopter un projet de déclaration et qu'en fonction de ce qui a déjà été explicité, nous proposons de tenir un débat de fond sur les sujets suivants :

1. Le capitalisme est en train de détruire l'Humanité et la planète. Ce que nous vivons en ce moment est une crise économique mondiale systèmique et structurelle et non simplement une crise cyclique de plus. Ceux qui pensent qu'il suffit d'injecter de l'argent dans le système ou d'adopter quelques mesures régulatrices pour sortir de cette crise se trompent lourdement.
Le système financier est en crise car il donne aux actifs financiers une valeur six fois supérieure à la valeur réelle des biens et services qui sont produits dans le monde. Ceci n'est pas un “défaut de régulation du système”, mais fait partie intégrante du système capitaliste qui spécule avec tous les biens et toutes les valeurs afin d'obtenir le plus grand profit possible. Jusqu'à présent, la crise économique a provoqué l'apparition de 100 millions d'affamés en plus et plus de 50 millions de nouveaux chômeurs, et ces chiffres tendent à augmenter.

2. Le capitalisme a provoqué la crise écologique en soumettant les conditions nécessaires à la vie sur terre à l'empire du marché et du profit
. Chaque année, on consomme un tiers de plus que ce que la planète est capable de régénérer. A ce rythme de gaspillage du système capitaliste, ils nous faudrait une deuxième planète d'ici 2030.

3. La crise économique mondiale, la crise du changement climatique, la crise alimentaire et la crise énérgétique sont les produits de la décadence du capitalisme qui menace d'en finir avec l'existence même de la vie et de la planète. Pour éviter une telle fin il est nécessaire de développer un modèle alternatif au système capitaliste.

- Un système basé sur la solidarité et la complémentarité, plutôt que sur la concurrence

- Un système en harmonie avec notre mère la Terre, et non de pillage des ressources naturelles

- Un système de diversité culturelle et non d'écrasement des cultures qui impose des valeurs culturelles et des styles de vie étrangers à la réalité de nos pays.

- Un système de paix basé sur la justice sociale plutôt que sur des politiques et des guerres impérialistes.

En somme, un système qui retrouve la dimension humaine de nos sociétés et des peuples, et ne les réduisent pas à de simples consommateurs et à de simples marchandises.

4. Comme expression concrète de la nouvelle réalité du continent, les pays latino-américains et des Caraibes, nous avons commencé à construire nos propres institutions, qui plongent leurs racines dans notre histoire commune qui remonte à la révolution indépendantiste, et qui constituent un outil concret pour l'approfondissement des processus de transformation sociale, économique et culturelle qui permettront de conforter notre pleine souveraineté. L'ALBA-TCP, Petrocaribe ou l'UNASUR, pour en citer que les créations les plus récentes, sont des mécanismes de solidarité créés dans le feu de ces transformations, avec l'intention manifeste de renforcer les efforts de nos peuples pour parvenir à leur propre libération.

Pour contrer les graves effets de la crise économique mondiale, nous pays de l'ALBA-TCP avons pris des mesures innovantes et transformatrices, qui cherchent à trouver de réelles alternatives à l'ordre économique international défaillant et non à renforcer ses institutions qui se sont écroulés.

Ainsi, nous avons mis en place un Système Unique de Compensation Régionale, le SUCRE, qui comprend une unité de compte commune, une Chambre de compensation des paiements et un système unique de réserves.

Nous avons également soutenu la constitution d'entreprises transnationales pour répondre aux besoins fondamentaux de nos peuples, en établissant des mécanismes de commerce équitables et complémentaires, qui écarte la logique absurde de la concurrence éffrénée.

5. Nous critiquons le G20 pour avoir triplé les ressources du FMI, alors que ce qui est rééllement nécessaire est de mettre en place un nouvel ordre économique mondial, qui comprenne la transformation totale du FMI, de la Banque Mondiale et de l'OMC, qui avec leurs orientations néolibérales ont contribué au déclenchement de cette crise économique mondiale.

6. Des réponses à la crise économique mondiale et la définition d'une nouvelle architecture financière internationale, doivent être adoptées par les 192 pays qui participeront, du 1 au 3 juin, à la Conférence sur la crise financière internationale des Nations Unies, qui se propose de poser les bases d'un nouvel ordre économique international.

7. En ce qui concerne la crise du changement climatique, les pays développés ont une dette écologique envers le monde, étant responsables de 70% des émissions historiques de carbone accumulées dans l'atmosphère depuis 1750.

Les pays développés, endettés vis-à-vis de l'humanité et de la planète, doivent contribuer de manière significative à un fonds pour les pays en voie de développement afin que ceux-ci puissent s'engager sur la voie d'un modèle de croissance qui ne répète pas les mêmes erreurs et n'aient pas les graves impacts qu'a eu l'industrialisation capitaliste.

8. Les réponses aux crises énergétique, alimentaire, et du changement climatique doivent être intégrales et interdépendantes. Nous ne pouvons pas résoudre un problème en en créant d'autres dans des domaines fondamentaux pour la vie. Par exemple, généraliser l'utilisation des biocarburants ne peut qu'avoir des conséquences négatives sur les prix des aliments et sur l'usage des ressources essentielles telles que l'eau, la terre et les forêts.

9. Nous condamnons la discrimnation des migrants sous quelque forme que ce soit. La migration est un droit de l'Homme, pas un délit. En conséquence, nous demandons une réforme urgente des politiques migratoires des Etats-Unis, avec comme objectif de mettre fin aux déportations et aux rafles de masse, permettre la réunification des familles, et nous réclamons la suppression du mur qui nous sépare et nous divise au lieu de nous unir.

Dans la même idée, nous demandons l'abrogation de la Loi d'Ajustement Cubain et la suppression de la politique des Pieds Secs/Pieds mouillés discriminatoire et sélective, responsable de la perte de nombreuses vies humaines.

Les vrais responsables de la crise sont les banquiers qui ont volé l'argent ainsi que les ressources de nos pays et non les travailleurs migrants.

Les droits de l'Homme viennent avant tout, et en particulier les droits de l'Homme dans le secteur le plus vulnérable et le plus marganisalisé de nos sociétés, c'est-à-dire les immigrés sans papiers.

Pour qu'il y ait intégration, il faut qu'il y ait libre circulation des personnes et respect des droits de l'Homme, égaux pour tous, indépendemment du statut d'immigrant. La fuite des cerveaux constitue une forme de pillage des ressources humaines qualifiées exercée par les pays riches.

10. Les services de base en ce qui concerne l'éducation, la santé, l'eau, l'énergie et les télécommunications doivent être déclarés comme faisant partie des droits de l'Homme et en pouvant être ni l'objet d'une appropriation privée ni d'une marchandisation par le biais de l'OMC. Ces services sont et doivent être essentiellement des services publics accessibles à tous.

11. Nous voulons un monde où tous les pays, grands et petits, peuvent avoir les mêmes droits et où il n'existe pas d'empires. Nous sommes pour la non-ingérence. Renforcer, comme seul canal légitime pour la discussion et l'analyse des programmes bilatéraux et multilatéraux sur le continent, comme base, le respect mutuel entre Etats et gouvernements, au nom du principe de non-ingérence d'un Etat dans les affaires internes d'un autre Etat et l'inviolabilité de la souveraineté et du droit à l'auto-détermination des peuples.

Nous demandons au nouveau gouvernement des Etats-Unis, dont l'arrivée a créé certaines attentes dans la Région et dans le monde, qu'il mette fin à la longue et néfaste tradition d'interventionnisme et d'agression qui a caractérisé l'action des gouvernement de ce pays pendant toute l'histoire, bien qu'elle ait été renforcée au cours des mandats de George W.Bush.

De la même manière, nous demandons qu'il mette fin aux pratiques interventionnistes telles que les opérations secrètes, la diplomatie parallèle, les guerres médiatiques pour déstabiliser les Etats et les gouvernements, et le financement des groupes déstabilisateurs. Il est fondamental de construire un monde où est reconnue et respectée la diversité des visions économiques, politiques, sociales et culturelles.

En ce qui concerne le Blocus des Etats-Unis contre Cuba et l'exclusion de ce pays du Sommet des Amériques, nous, pays de l'ALBA, réaffirmons la Déclaration que tous les pays d'Amérique Latine et des Caraïbes ont adopté le 16 décembre 2008 sur la nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des Etats-Unis d'Amérique envers Cuba, et y compris l'application de la loi Helms-Burton, et dont les points fondamentaux sont :

CONSIDERANT les résolutions approuvées par l'Assemblée Générale des Nations Unies sur la nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis contre Cuba, et les résolutions qui ont été adoptées sur le sujet dans de nombreuses réunions internationales.


Nous AFFIRMONS qu'au nom du libre-échange et de la transparence du commerce international, ont été mises en place de manière inacceptable des mesures coercitives unilatérales qui portent atteinte au bien-être des peuples et font obstacle au processus d'intégration.

Nous REFUSONS de la manière la plus energique qui soit l'application des lois et mesures contraires au Droit International comme la loi Helms-Burton et nous exhortons le gouvernement des Etats-Unis à mettre fin à son application.

“Nous DEMANDONS au gouvernement des Etats-Unis de se conformer aux dispositions des 17 résolutions approuvées par l'Assemblée Générale des Nations Unies et de mettre fin au blocus économique, commercial et financier qu'il maintient contre Cuba.

Par ailleurs, nous considérons que toutes les tentatives d'imposer l'isolement de Cuba ont été des échecs, alors qu'elle fait aujourd'hui partie intégrante de la Région Latino-Américaine et des Caraibes, est membre du Groupe de Rio et d'autres organisations et mécanismes régionaux, développe une politique de coopération et de solidarité avec les pays de la région, défend la pleine intégration des peuples latinoamericains et caribéens, par conséquent, il n'existe aucune raison qui puisse justifier son exclusion du mécanisme du Sommet des Amériques.


12. Les pays développés ont consacré pas moins de 8 milliards de dollars au sauvetage de la structure financière qui s'est écroulée. Ce sont les mêmes qui ne respectent pas leurs engagements vis-à-vis des objectifs chiffrés, modestes, des Mesures du Millénaire ou les 0,7% du PIB pour l'Aide Officielle au Développement. Jamais auparavant n'est apparue aussi clairement toute l'hyporcrisie du discours des pays riches. La coopération devrait s'établir sans conditions et s'adapter à la situation des pays récepteurs en simplifiant les procédures, en rendant accessibles immédiatement les ressources et en privilégiant la question de l'inclusion sociale.

13. La lutte légitime contre le narcotrafic et le crime organisé, et contre n'importe quelle autre des prétendues “nouvelles menaces” ne doit pas être utilisée comme une excuse pour mener des activités d'ingérence et d'intervention contre nos pays.

14. Nous sommes fermement convaincus que le changement, que le monde entier espère, peut seulement venir de l'organisation, la mobilisation et l'unité de nos peuples.

Comme l'affirmait le Libérateur : L'unité de nos peuples n'est pas une simple chimère des hommes, mais l'inexorable décret du destin”

http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/articl...

* Dans le sommet de l'ALBA – qui s'est situé aux antipodes des conclusions du G20 – la manière dont les principales puissances capitalistes évitent les discussions sur les vraies raisons de la crise et les solutions concrètes à apporter – se limitant à des forums internationaux qu'ils contrôlent – a reçu de la part du Président de l'Assemblée Générale de l'ONU une réponse cinglante: « L'Organisation des Nations Unies est une dictature ». « Ceux qui n'ont que le mot démocratie à la bouche quand il s'agit d'avancer des propositions pour les autres pays » sont ceux qui « mettent tous les obstacles possibles et imaginables pour empêcher la démocratisation de l'ONU », concluant son intervention avec une annonce d'une très grande importance, la tenue de la Conférence mondiale de l'ONU sur la crise financière, approuvée par consensus lors de l'Assemblée Générale du 7 avril, sur proposition du Vénézuela.

ALBA3.jpg

20/05/2009

LA MARCHE MONDIALE AU MAROC

La Marche Mondiale présentée
sur la Télé Marocaine 2M

MARCHE MONDIALE AU MAROC

Rabat, Agadir, Laâyoune. La Marche Mondiale au Maroc

http://www.youtube.com/watch?v=0TQ0-qgvD1c


El Aïun, Taourirt et Taza: La Marche Mondiale au Maroc Oriental



MARCHE MONDIALE DES FEMMES MAROCAINES
http://www.mediterraneas.org/breve.php3?id_breve=54

PRESENTATION DE LA MARCHE MONDIALE AU MAROC

maroc1.jpgDans le but de rencontrer quelques membres de l’Equipe Promotrice de la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-violence du Maroc (EPMM MAROC), d’entendre leurs points de vue sur l’organisation de l’EPMM ainsi que de faire des présentations de la MM dans quelques villes qui en ont fait la demande, Martine SICARD la coordinatrice du tronçon Maroc-Sénégal et Lekbir EL HARRAK (kabir) le coordinateur du Maroc se sont rendus au Maroc.


maroc2.jpgFES
Sur l’initiative du réseau AMCI présidé par notre confrère Mohammed ELKADI, membre de l’EPMM, et en présence de représentants du tissu associatif de Fès, Kabir a échangé avec les acteurs locaux autour de la MM.
Sont présents : 31 représentants d’associations et le fondateur du 1200° anniversaire de la ville de Fès.

Ils se sont mis d’accord sur la constitution d'un comité de diffusion de la MM dans la région de Fès-Bouleman ceci dans le but de créer la coordination de la région, organiser d’autres séances de présentation de la MM dans les villes de la région et faire de Fès un point central sur le parcours de la MM d’autant plus que la ville fête son 1200° anniversaire.

TANGER
maroc3.jpgA l’occasion du Forum de Tanger organisé par l’AMBASSADE HUMANISTE à l’hôtel Almanzah, la MM était le thème d’un atelier animé par Martine. Les membres de l’EPMM-Maroc Mostafa, Mohamed LAMKAREH, Mohamed ELKODADI, Martine et Kabir ont discuté l’organisation du travail de l’EPMM.

TAZA
maroc5.jpgSur l’initiative de la Fédération des associations de développement de Taza et en collaboration avec les associations qui ont déjà adhéré à la MM, il s’est tenu une rencontre d’échange et de présentation de la MM autour d’un document power point (des questions en arabe). La séance était animée par Kabir.

Lors de cette rencontre, une coordination locale de la MM s’est créée. Mr Azouz ELBOUALLALI est désigné le coordinateur local aidé par DANI Abdelghani, Youssef SAL et Mme fatima HMMIMDANI

La coordination locale de la MM à Taza demande à chaque organisme de la province qui adhèrera à la MM d’organiser une activité sur la non-violence et cela à partir du 2 octobre. Quand la MM fera son entrée au Maroc la coordination locale proposera un spectacle que tous les adhérents de Taza pourront coorganiser.

OUJDA
maroc6.jpgRencontre régionale de communication et de concertation sur la marche mondiale pour la paix et la non violence. L’association ACODEC a organisé une rencontre régionale des associations et acteurs de développement sur la marche mondiale pour la paix et la non violence. Nombre important de personnalités physiques et morales ont assisté à cette rencontre.

La presse : radio, télévision et journalistes étaient présents à cette rencontre.
Après l’allocution de bienvenue du secrétaire général de l’association ACODEC, le coordinateur national et membre de l’équipe promotrice internationale de la marche mondiale pour la paix et la non-violence, Monsieur lekbir elharrak a évoqué les causes, les objectifs et l’itinéraire de la marche.

maroc7.jpgLa deuxième intervention de monsieur Rezzouki el Miloud coordinateur régional et membre de l’équipe promotrice nationale de la marche mondiale pour la paix et la non violence, a évoqué les objectifs de la MM pour la paix et la non-violence ainsi que des propositions des activités planifiées par la société civile et des gouvernements de quelques pays qui font objet de l’itinéraire de la MM la paix et la non- violence. Des exemples d’activités de la société civile de la région orientale du Maroc ont été discutés. Des interventions importantes des participants à cette rencontre ont enrichi le débat.

Tous sont contre les guerres, pour le désarmement et contre toute forme de violence, donc pour la paix et la non-violence.

Quelques articles de journaux :
http://acodec.e-monsite.com/rubrique,marche-mondiale-pour,1118457.html

http://www.oujdacity.net/regional-article-16808-fr.html

http://www.ville2fes.com/news-2403-une-marche-mondiale-pour-la-paix-et-la-non-violence.php